L’alternance est un excellent moyen d’acquérir un diplôme. Mais peu d’étudiants ont le réflexe de se tourner vers l’apprentissage qui pourtant comporte de nombreux avantages. D’un côté, vous pourrez poursuivre vos études et acquérir une formation pratique, de l’autre côté l’employeur va disposer d’un jeune collaborateur qualifié. Mais souvent les entreprises s’interrogent sur le coût d’un apprenti.

1. Salaires | 2. Exonérations | 3. Aides

L’alternance est possible quel que soit le cursus que vous choisirez. Ainsi les formations de type BTS sont éligibles à l’alternance. Des études aussi diverses que le BTS MCO en alternance, le BTS professions immobilières en alternance, vous sont accessibles dans ce type de scolarité.

Il en va de même pour le BTS NDRC en alternance ou encore le BTS diététique en alternance, qui sont eux aussi susceptibles de faire l’objet d’une convention d’apprentissage.

Il convient de préciser que sauf dérogations conventionnelles, les coûts sont similaires.

 

 

 

1 - Les montants des salaires bruts

Le montant de votre salaire brut va dépendre de deux facteurs : d’abord de votre âge, ensuite de votre progression dans vos études.

 

a - L’alternant mineur

La rémunération est ici fonction du stade de l’exécution de sa formation.

Ainsi il touchera :

Pour les contrats conclus depuis le 1er janvier 2019 :

  • 27 % du SMIC la première année.
  • 39 % du SMIC la seconde année.
  • 55 % du SMIC la troisième année.

 

Pour ceux conclus avant le 1er janvier 2019 :

  • 25 % du SMIC la première année.
  • 37 % du SMIC la seconde année.
  • 53 % du SMIC la troisième année.

 

b - L’alternant majeur

L’alternant majeur est lui aussi rémunéré en fonction de son âge et de son niveau.

La rémunération pour les contrats conclus depuis le 1er janvier 2019.

 

De 18 à 21 ans

  • 43 % du SMIC la première année.
  • 51 % du SMIC la seconde année.
  • 67 % du SMIC la troisième année.

 

De 21 à 26 ans

  • 53 % du SMIC la première année.
  • 61 % du SMIC la seconde année.
  • 78 % du SMIC la troisième année.

 

Au-delà de 26 ans

100 % du SMIC quelle que soit l’année d’exécution du cursus scolaire.

La rémunération concernant les contrats conclus avant le 1er janvier 2019.

 

 

2 - Les exonérations de charges

Les rémunérations des apprentis sont exonérées d’un certain nombre de charges patronales et salariales.

  • Ainsi les contrats d’apprentissages ne sont pas soumis à la CSG et à la CRDS
  • Les cotisations patronales et salariales concernant les assurances sociales ne sont pas dues non plus.

Seules sont à payer les contributions afférentes aux accidents du travail et des maladies professionnelles.

 

 

3 - Les aides

Des aides existent pour l’emploi d’un apprenti, quel que soient l’âge de l’étudiant et le niveau des études suivies.

La pléthore de subventions qui existait antérieurement a été regroupée en une aide unique.

Ainsi les entreprises de moins de 250 salariés disposent d’une aide unique à l’embauche d’un apprenti lorsque ce dernier prépare un diplôme de niveau inférieur ou égal au bac.

Cette allocation est au maximum de 4125 euros pour la première année d’exécution du contrat, de 2000 euros pour la seconde année et de 1200 euros pour la troisième. Si une quatrième année devait être prévue, cette aide serait à nouveau d’un montant maximum de 1200 euros.

Il existe encore d’autres subventions, y compris une allocation proratisée de 3000 euros cumulable avec les autres aides, en cas d'embauche d'un alternant reconnu travailleur handicapé. 

Il en résulte que l’embauche d’un apprenti est une opération qui est tout aussi avantageuse pour vous que pour votre employeur.

En tout état de cause, il ne faut jamais hésiter à consulter tant l'URSSAF que les organismes consulaires ou encore l'inspection du travail, dès lors que dans certaines branches des soutiens complémentaires peuvent exister.